29.6.15

FILM : THE WOLFPACK DE CRYSTAL MOSELLE

Merveilleux documentaire que j'ai vu aujourd'hui sur cette "meute de loups" ; 6 garçons et une fille vivant cloitrés dans un appartement de New-York avec pour seule fenêtre sur le monde , des milliers de vidéos qui ont nourri leur imagimation, leurs jeux, leur vision du monde et leur personnalité.
Le film n'est pas triste même si l'on sent parfois une grande tristesse lorsqu'ils se laissent aller à être "emotional", c'est surtout très touchant de voir la force de la résilience ; ce qui a beaucoup compté pour eux c'est l'amour de leur mère qui a joué le jeu du père en les tenant à l'écart de la vie normale mais qui les a beaucoup protégé  des abus du père et qui a laissé libre cours à leur imagination et leur créativité.


Résumé :
Locked away from society in an apartment on the Lower East Side of Manhattan, the Angulo brothers learn about the outside world through the films that they watch. Nicknamed the Wolfpack, the brothers spend their childhood re-enacting their favorite films using elaborate homemade props and costumes. With no friends and living on welfare, they feed their curiosity, creativity, and imagination with film, which allows them to escape from their feelings of isolation and loneliness. Everything changes when one of the brothers escapes, and the power dynamics in the house are transformed. The Wolfpack must learn how to integrate into society without disbanding the brotherhood.

24.6.15

Joseph Campbell - Follow your bliss

If you follow your bliss, you put yourself on a kind of track that has been there all the while, waiting for you, and the life that you ought to be living is the one you are living. Wherever you are — if you are following your bliss, you are enjoying that refreshment, that life within you, all the time.



3.6.15

FILM : " Iris " de Albert Maysles avec Iris Apfel

IRIS pairs legendary 87-year-old documentarian Albert Maysles with Iris Apfel, the quick-witted, flamboyantly dressed 93-year-old style maven who has had an outsized presence on the New York fashion scene for decades.

More than a fashion film, the documentary is a story about creativity and how, even in Iris' dotage, a soaring free spirit continues to inspire.

IRIS portrays a singular woman whose enthusiasm for fashion, art and people are life's sustenance and reminds us that dressing, and indeed life, is nothing but an experiment.

 Despite the abundance of glamour in her current life, she continues to embrace the values and work ethic established during a middle-class Queens upbringing during the Great Depression. "I feel lucky to be working. If you're lucky enough to do something you love, everything else follows." (C) Magnolia

J'ai vu ce film il y a 3 jours et j'ai adoré cette femme et son énergie créatrice.
Elle ne cesse de parcourir les boutiques, de luxe ou très ordinaires en quête de l'accessoire ou du vêtement original qui va l'inspirer pour créer une tenue vestimentaire unique.
Tellement originale qu'on a organisé une exposition dans un grand musée de New York avec ses tenues vestimentaires, dignes des plus grands designers.
Et en plus elle a 93 ans... un bel exemple de courage, de dignité, de joie de vivre et aussi de simplicité car à aucun moment on ne sent de l'arrogance. Ce film s'adresse à tous mais particulièrement aux jeunes car elle nous lance un message très clair : soyez vous même et ne faites pas, ne vous habillez pas de manière uniforme, cherchez la fantaisie et la créativité...

pivoine


31.5.15

Livres qui parlent de l'Inde

2 livres qui parlent de l'inde que j'ai lus il y a pas mal de temps et dès que je remets la main dessus, je vais les relire :
L'ÉQUILIBRE DU MONDE DE ROHINTON MISTRY 

Voici le grand roman de l'Inde contemporaine, réaliste, foisonnant, inspiré traversé par le souffle d'un Hugo ou d'un Dickens. L'histoire se déroule au cours des années 1970 et 1980.Dans le même quartier vivent des personnages venus d'horizons très divers : Ishvar et Omprakash, les deux tailleurs des «intouchables» ; Dina, la jeune veuve, qui, pour survivre, se lance dans la confection à domicile ; Maneck, descendu de ses lointaines montagnes pour poursuivre ses études ; Shankar, le cul-de-jatte, exploité par le maître des mendiants. Bien d'autres encore? À travers les heurs et malheurs de leurs existences, Rohinton Mistry, romancier anglophone né à Bombay, brosse une fresque qui est à la fois l'odyssée d'une nation et une parabole de la condition humaine. Un roman-fleuve qui nous emporte irrésistiblement.






SHANTARAM DE GREGORY DAVID ROBERTS

Gregory David Roberts, l'ex-truand australien, sauvé par ses amis du bidonville, raconte sa descente aux enfers et rend hommage à Bombay. Il y a dans les histoires vraies cette petite étincelle qui luit avec un éclat, à nul autre pareil. Le casier judiciaire de Gregory David Roberts ne doit pas éclipser le style de Shantaram, roman inspiré de ses dix ans de cavale dans les bas-fonds de Bombay...
Car Bombay n'a pas seulement abrité la fuite de l'écrivain, en le laissant disparaître dans les méandres du crime, de la misère et des rues sans soleil des quartiers les plus dangereux. Les rencontres lui ont offert le refuge le plus sûr au long de cette longue quête de rédemption. «L'Inde c'est le coeur. C'est le coeur qui nous maintient ensemble», dit l'un des personnages du livre...
Depuis, le rebelle a trouvé la paix. Il confie : «Désormais, je ne fuis plus.» (Agnès Séverin - Le Figaro du 8 mars 2007 )






29.5.15

Lectures : 3 livres lus récemment

" Middlemarch " de Georges Elliot

Résumé : Middlemarch (1871-1872) est sans doute le plus beau roman de George Eliot, en tout cas son roman le plus complet (le sixième sur sept). Deux intrigues sentimentales principales, l'histoire des deux mariages de Dorothea et le mariage malheureux de Lydgate, jeune médecin ambitieux, avec la vulgaire Rosamond Vincy, se détachent sur un fond foisonnant de personnages et d'événements, d'épisodes intéressants, amusants, émouvants. Un des charmes de George Eliot est dans cette surabondance de détails. Nous avons fait figurer en préface un beau texte de Virginia Woolf sur George Eliot : " L'issue fut triomphale pour elle, quel qu'ait pu être le destin de ses créatures ; et quand nous nous rappelons tout ce qu'elle a osé, tout ce qu'elle a accompli, la façon dont, malgré tous les obstacles qui jouaient contre elle (le sexe, la santé, les conventions), elle a cherché toujours plus de savoir, toujours plus de liberté jusqu'au jour où le corps, accablé par son double fardeau, s'effondra, épuisé, nous devons poser sur sa tombe toutes les brassées de lauriers et de roses que nous possédons. "

Mon premier livre de George Eliot ( qui est une femme en fait - un peu comme George Sand) et ça ne sera pas le dernier car c'est une écriture comme j'aime. Je lis aussi certains passages en anglais. 

 " Le sari vert " d'Ananda Devi

Résumé

Dans une maison de Curepipe, sur l’île Maurice, un vieux médecin à l’agonie est veillé par sa fille et par sa petite-fille. Entre elles et lui se tisse un dialogue d’une violence extrême, où affleurent progressivement des éléments du passé, des souvenirs, des reproches, et surtout la figure mystérieuse de la mère de Kitty, l’épouse du « Dokter-Dieu », qui a disparu dans des circonstances terribles. Elles ne le laisseront pas partir en paix.

 Livre très dérangeant car il témoigne de la violence extrême faite aux femmes; et je pense à certaines femmes en Inde .
Je l'ai lu jusqu'au bout mais j'ai bien failli le laisser tomber très vite. Livre sans concessions écrit par une femme et je me demande s'il elle a connu de près ce genre de violence conjugale.

"La fabuleuse histoire du clitoris" de Jean-Claude Piquard

Aussi incroyable que ça puisse paraître, une proportion importante de femmes et plus de 50% des jeunes filles ignorent tout de « cet organe surdoué du plaisir féminin, qui cumule plus de 10 000 terminaisons nerveuses, mesure 11 cm de long au repos et se déploie dans tout le bassin féminin avec ses racines, comme un phénix », tel que joliment défini dans sa préface par Julie Muret de l’association Osez le féminisme, qui avait en son temps (2011) lancé une campagne d’information et de sensibilisation sur le plaisir sexuel féminin : Osezleclito. Un sondage effectué alors révélait que moins d’un quart des femmes connaissaient la taille du clitoris. Et seules 16% des jeunes filles connaitraient sa fonction érogène.

Il faut dire que le clitoris, s’il est repéré depuis longtemps, reste dans l’angle mort des manuels cliniques et des séminaires de sexologie. Il y a seulement quelques années, l’urologue australienne Helen O’Connell dénonçait le fait que lors des opérations de la prostate, toutes les précautions sont prises pour préserver les nerfs érecteurs alors que dans les interventions chirurgicales gynécologiques on ne se préoccupe aucunement de la neurologie intime des femmes. La raison en est que ce système nerveux n’est tout simplement pas décrit dans les traités d’anatomie.

Et pourtant, il fut un temps pas si lointain où les médecins considéraient l’orgasme comme un remède à la neurasthénie et à l’hystérie, suivant en cela la mécanique des fluides de haute époque hippocratique : pour maintenir les équilibres garants d’une bonne santé, point de rétention des humeurs corporelles et va pour l’orgasme médicalement assisté. Tout au long du XIXème siècle les femmes seules et dépressives, réputées inaccessibles à ces orages désirés, se faisaient manuellement stimuler la vulve par leur praticien préféré afin d’atteindre le nirvana. « Cette activité – nous dit l’auteur, sexologue clinicien, avec une pointe de nostalgie – représentait environ un tiers du chiffre d’affaires des médecins ». Une véritable rente sur un marché très stable, puisque les hystériques ne risquent pas de mourir de leur maladie, pas plus qu’elles ne peuvent en guérir. En revanche la pratique pouvait se révéler chronophage, certaines femmes nécessitant jusqu’à une heure de stimulation thérapeutique.

C’est sans doute pourquoi on imagina en contexte thermaliste un dispositif plus efficace pour ce siècle industriel, une machine qui peut à bon droit être considérée comme l’ancêtre du vibromasseur, d’abord à manivelles ou à pédales, puis à vapeur et enfin, grâce à la fée électricité, dotée d’une miraculeuse autonomie. L’auteur note au passage que le vibromasseur allait être le quatrième appareil électrique à apparaître sur le marché, bien avant l’aspirateur. Sinon c’était la douche, le jet orienté par un opérateur entre les cuisses, on appelait ça la « physiothérapie » et l’on croit savoir que ce massage vulvaire hydraulique, communément appelé douche clitoridienne, contribua grandement à la prospérité des établissements de cure thermale.

Mais le Grand Siècle du clitoris reste sans conteste le siècle des Lumières et du libertinage. Là, le bouton de rose entre en littérature. Tribades et ménades vont peupler l’avant-scène des fantasmes de tout bord. Jean-Claude Piquard cite chastement le best-seller de l’époque, Thérèse philosophe du marquis Boyer d’Argens, et la stupéfiante chatouille qui la secoua de spasmes l’ébranlant de la tête aux pieds, la fit cambrer nerveusement et pousser un long gémissement dont elle ne savait s’il était de plaisir ou d’extase. Jacques Munier

Livre super intéressant qui devrait être lu par tous les ados et les adultes aussi.
Pas très bien écrit et un peu confus par moments mais cette fabuleuse histoire est vraiment intéressante. Il fait le point sur le sujet et c'est assez documenté. 

  



13.5.15

Film superbe : "Le sel de la terre" de W Wenders et JR Salgado

Sélectionné et récompensé à Cannes dans le cadre d’Un Certain Regard, ce documentaire – biopic a été réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado. Il raconte la vie et les travaux de Sebastião Salgado, célèbre photographe autodidacte brésilien. Passionné par cet art devenu son métier, il nous entraîne dans son monde de reporter. L’être humain, la faune et la flore sont mis à l’honneur et très vite, on se sent ailleurs.
Résultat : à travers la caméra et l’objectif, les réalisateurs et le photographe nous en mettent plein les yeux et nous émeuvent. La Terre et l’Homme sont magnifiques. Prenons-en soin.

Le charme du Plateau Mont Royal









7.5.15

Livre "Indian Tango" d'Ananda Devi


Autre livre qui se passe à Delhi: "Indian tango " qui aussi décrit cette réalité de grande pauvreté, la décrépitude des maisons, ces rues grouillantes de  monde, d'animaux , de bruit. C'est le destin croisé d'un(e) écrivain et de la femme indienne typique sous le joug d'une belle mère vieillissante et autoritaire, d'un mari qui ne veut surtout pas contredire sa mère, bref une femme au service de tout ce monde sauf d'elle même, qui a laissé derrière elle tous ses rêves sauf celui de jouer à nouveau du sitar et c'est la contemplation de ce bel instrument qui lui fait croiser le regard de cet écrivain, en pleine crise existentielle remettant en question tout son travail d'écrivain et qui est en quête d'un sens à sa vie.
Séduire cette femme ordinaire qui ne s'est jamais permis d'être vraiment elle même lui paraît la voie à suivre , la catharsis pour sortir de cette crise. Séduire cette femme et surtout lui faire découvrir sa vraie nature féminine. Séduction qui s'accomplit dans un rituel très érotique. Mais le livre prend un tout un autre sens lorsqu'on s'aperçoit pratiquement à la fin que l'écrivain est en fait une femme.... Il m'a fallu revenir en arrière pour vérifier si je ne m'étais  pas trompée. Car tout le long du livre je n'ai à aucun moment soupçonné cette femme voulant séduire cette autre femme tellement différente d'elle même, donc le sens du livre est complètement bouleversé... Il faudrait relire ce livre depuis le début pour comprendre ce qu'est le destin des femmes en Inde sujet principal de ce livre intriguant. 
------------------------------

«Elle s'est tournée pour partir sans même me voir, rentrée en elle-même, inatteignable. Elle a resserré le pan de son sari sur ses épaules. Sous la finesse du tissu, l'échancrure de la blouse laisse entrevoir une poitrine abondante. Peut-être n'est-elle même pas consciente de son attrait? Peut-être n'y-a-t-il eu personne pour le lui apprendre et réveiller en elle quelque orgueil endormi, quelque secrète vanité? J'ai perçu en elle la promesse d'une musique qui n'avait pas encore été jouée et qui, même désaccordée, contiendrait sa secrète harmonie. Suffirait-il de jouer en virtuose de l'instrument pour l'allumer de lumières et de couleurs nouvelles et franchir ses ténèbres?»
Avril 2004, New Delhi. L'Inde est en pleine campagne électorale. Sonia Gandhi – l'Italienne, l'étrangère – deviendra-t-elle le prochain Premier ministre?… Mais pour Subhadra, cinquante-deux ans, grande, plutôt ronde, une femme ordinaire, la préoccupation est autre : ira-t-elle à ce pèlerinage de renoncement des femmes ménopausées que lui propose sa belle-mère pour marquer la fin de sa féminité? Ou cédera-t-elle au contraire à la mystérieuse séduction de l'autre qui la suit depuis un mois dans les rues de Delhi? Un étrange pas de deux, chas
sé-croisé amoureux qui lui offre une chose que personne ne lui a jamais offerte : son propre corps... 

Livres : L'odeur de l'Inde



Pasolini connu surtout comment cinéaste est aussi être avant tout poète et écrivain. Sa description et ses impressionns de son arrivée en Inde et de son séjour avec Alberto moravia et son épouse Elsa Morante est tellement juste.
En quelques phrases il arrive à faire revivre devant mes yeux cette réalité que j'ai pu voir lors de mon voyage en Inde.
Cette misère éternelle et son lot de souffrances. Je retiens cette phrase qui me touche par sa justesse: " il est vrai que les indiens ne sont jamais joyeux; ils sourient souvent,c'est vrai, mais ce sont des sourires de douceur,non de gaieté."
La résignation, l'acceptation de leur réalité.

.

Passage: «Ce sont les premières heures de ma présence en Inde et je ne sais pas dominer la bête assoiffée, en moi emprisonnée, comme en cage. Je persuade Moravia de faire quelques pas et de respirer quelques bouffées de cet air, d'une première nuit en Inde...»

28.12.14

Film : The Imitation Game

Encore un super film cette semaine; avec un acteur époustouflant : Benedict Cumberbatch... un drôle de nom à se rappeler ( réalisateur Morten Tyldum ) et bien sûr Keira  Knightley.
Ce film est basé sur des faits historiques et en sortant du cinéma on a envie d'en savoir plus sur cet homme qui a fini sa vie de manière très triste...

Synopsis

Le mathématicien Alan Turing est recruté par l'Angleterre au début de la Seconde Guerre mondiale afin qu'il les aide à décrypter Enigma, le langage codé utilisé par les Allemands. Turing est un homme brillant, mais plutôt asocial. S'attirant les foudres de ses collègues, il tente malgré tout de fabriquer une machine qui accélère le processus de déchiffrement, même si la plupart des gens croient ses efforts inutiles. Plus tard, lors d'un concours qu'il organise pour trouver les meilleurs cryptographes du pays, il rencontre Joan Clarke, une femme talentueuse et dégourdie. Même s'il préfère les hommes, Alan décide d'épouser Joan. Ensemble, il forme dorénavant un duo solide aux aptitudes décuplées.

Expo au MBA - de van Gogh à Kandinski

Beaucoup de très belles oeuvres; j'en ai regroupé quelques unes ayant pour sujet, la femme, la jeune fille, la petite fille, la mariée...

 Le douanier Rousseau

 Gauguin

 Kirchner


Pechstein

Bonnard
 
 Van Dongen

 Van Dongen



 Pechstein

 Jawlensky

Heckel

23.12.14

Film : Shakespeare in love

Le film s'inspire de la vie du grand écrivain et dramaturge anglais William Shakespeare au moment où il écrivait Roméo et Juliette . L'histoire, bien que présentant de nombreux personnages ayant réellement existé, est en grande partie fictive.
L'histoire se déroule à Londres durant l'été 1593. Le jeune poète et dramaturge William Shakespeare croule sous les dettes. Il a promis à son commanditaire, Mr Henslowe, de lui livrer rapidement une nouvelle pièce, Roméo et Ethel, la fille du pirate. En réalité, il n'en a encore que le titre. Il ressent alors le besoin de trouver une muse, capable de lui donner un nouvel élan, tant professionnel que personnel.
Une jeune femme de la noblesse, Lady Viola, qui le vénère pour ses sonnets, rêve de le rencontrer et de devenir actrice, mais le théâtre est à cette époque formellement interdit aux femmes et de toute façon inaccessible pour une personne de son rang. Elle décide alors de se déguiser en homme et réussit à obtenir le rôle de Roméo. Shakespeare découvre rapidement la supercherie et la véritable identité de son jeune premier : il en tombe follement amoureux. Malheureusement la jeune femme est promise à un autre homme, Lord Wessex.
De cet amour impossible vont naître deux des plus grandes œuvres du jeune dramaturge, Roméo et Juliette d'abord, La Nuit des rois ensuite.

Film : Foxcatcher

Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte.
Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave. Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement.
Flatté d’être l’objet de tant d’attentions de la part de du Pont, et ébloui par l’opulence de son monde, Mark voit chez son bienfaiteur un père de substitution, dont il recherche constamment l’approbation. S’il se montre d’abord encourageant, du Pont, profondément cyclothymique, change d’attitude et pousse Mark à adopter des habitudes malsaines qui risquent de nuire à son entraînement. Le comportement excentrique du milliardaire et son goût pour la manipulation ne tardent pas à entamer la confiance en soi du sportif, déjà fragile. Entretemps, du Pont s’intéresse de plus en plus à Dave, qui dégage une assurance dont manquent lui et Mark, et il est bien conscient qu’il s’agit d’une qualité que même sa fortune ne saurait acheter.
Entre la paranoïa croissante de du Pont et son éloignement des deux frères, les trois hommes semblent se précipiter vers une fin tragique que personne n’aurait pu prévoir…

Un singe électrocuté : sauvé par son pote...

30.11.14

Film : BIRDMAN

Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance)


Riggan Thomson est une ex-star hollywoodienne, jadis célèbre pour avoir incarné à l'écran le super-héros Birdman. Aujourd'hui oublié, il tente de se refaire une crédibilité en écrivant et en mettant en scène une pièce dramatique, dans laquelle il tiendra le premier rôle. Mais à trois jours de la première sur Broadway, Riggan est saisi par les doutes, coincé entre les récriminations de sa fille, les pressions d'une nouvelle flamme, les conseils de son ex et l'égo démesuré d'un comédien qui semble décidé à lui voler la vedette. Sans oublier le fantôme de Birdman, qui revient périodiquement le confronter à ses choix passés, présents et futur. Et lui rappeler qu'il fut une époque où lui-même avait des ailes...

17.11.14

Grenouilles : roman de Mo Yan

Petit résumé de ce livre très loufoque sur un sujet sérieux : la contraception en Chine et l'histoire d'une gynéco elle aussi très spéciale. Ce bouquin par son style foisonnant m'a fait penser à100 ans de solitude Garcia Marquez.
 
« Vous avez dit que l’image de cette femme médecin s’était imprimée dans votre cerveau, qu’elle roule à vive allure à bicyclette sur la rivière gelée ou que, sa trousse de secours au dos, un parapluie à la main, les jambes du pantalon retroussées, elle prenne de vitesse des légions de grenouilles. »
Têtard, le narrateur, écrit ces lignes à un grand romancier japonais, son maître, pour lui annoncer qu’il est en train de composer une pièce de théâtre dont la matière est puisée dans la vie et les hauts faits de sa propre tante, une célèbre gynécologue qui a fait de la mise en place du planning familial sous Mao son cheval de bataille. Autour de la personnalité à la fois fascinante et terrifiante de la tante se déploie la longue histoire des familles et des femmes du village, depuis les campagnes d’avortements forcés jusqu’aux dérives et délires de notre époque. Le destin de la tante s’achève en farce, entre horreur et grotesque, dans le « grand œuvre » de son neveu Chen le Pied dit Têtard, victime consentante, témoin médiocre et écrivain maladroit.
Avec Grenouilles, roman de facture audacieuse, au style inventif, et à l’humour corrosif, Mo Yan poursuit la construction d’une des œuvres littéraires les plus importantes de notre temps. Il propose ici un regard singulier, entre adhésion et distance critique, sur la politique de l’enfant unique.

Mo Yan
Mo Yan, né dans le Shangdong en 1955, a reçu le prix Nobel de littérature en 2012. Une douzaine de ses romans et nouvelles sont traduits en français et publiés au Seuil dont Beaux seins, belles fesses (2004), Le Maître a de plus en plus d’humour (2005), Le Supplice du santal (2006), Quarante et un coups de canon (2008), La Dure Loi du karma (2009) et Le Veau suivi de Le Coureur de fond (2012).

4.11.14

Notre ami André Poirier s'en est allé


   Je connais André depuis le tout début de mon séjour au Québec il y a 25 ans; auparavant en 73, j'avais passé un week-end dans sa belle maison de Morin Height faisant face au Lac Echo.
Marie et André sont des gens d'une très grande générosité avec leur amis et d'une fidélité sans accrocs. Il avait son franc parler, un tempérament bouillonnant, toujours enthousiaste et curieux.
Avec eux et surtout grace à eux, on avait fait notre premier voyage en Inde et on devait en faire un autre l'hiver prochain. Il va certainement nous manquer.

24.10.14

LECTURE : "Autoportrait de l'auteur en coureur de fond" H. Murakami

Le 1er avril 1978, Murakami décide de vendre son club de jazz pour écrire un roman. Assis à sa table, il fume soixante cigarettes par jour et commence à prendre du poids. S'impose alors la nécessité d'une discipline et de la pratique intensive de la course à pied.
Ténacité, capacité de concentration et talent : telles sont les qualités requises d'un romancier. La course à pied lui permet de cultiver sa patience, sa persévérance. Courir devient une métaphore de son travail d'écrivain.
Courir est aussi un moyen de mieux se connaître, de découvrir sa véritable nature. On se met à l'épreuve de la douleur, on surmonte la souffrance. Corps et esprit sont intrinsèquement liés.
Murakami court. Dix kilomètres par jour, six jours par semaine, un marathon par an. Il court en écoutant du rock, pour faire le vide, sans penser à la ligne d'arrivée. Comme la vie, la course ne tire pas son sens de la fin inéluctable qui lui est fixée…

LECTURE : " Au sud de la frontière, àl'ouest du soleil" H. Murakami

A douze ans, Hajime rencontre Shimamoto-san, sa petite voisine. Avec elle, il découvre la musique, les sourires complices, les premiers frissons sensuels ... Et puis celle-ci déménage, laissant à son ami le goût amer de l'abandon. Lorsque, trente ans plus tard, elle réapparaît, Hajime, rongé par le désir et la nostalgie, est envoûté par cette femme énigmatique, reflet de ses rêves perdus. Mais sous les traits délicats du visage de Shimamoto-san se cachent la souffrance, la folie et la destruction.

Conte moderne dont émane un érotisme discret mais obsédant, ce roman, servi par une écriture d'une formidable densité, entraîne le lecteur au coeur des contradictions de héros en quête d'un inaccessible absolu.

LECTURE : "Kafka sur le rivage" Murakami

Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d'initiation ou se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur, la richesse de Haruki Murakami. Une oeuvre majeure qui s'inscrit parmi les plus grands romans d'apprentissage de la littérature. Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus, un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et encore bien d'autres choses... Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

ÉCRIVAIN : Haruki Murakami

Né à Kobe en 1949, Haruki Murakami a étudié la tragédie grecque à l'université de Tokyo, puis a dirigé un club de jazz, avant d'enseigner à Princeton pendant quatre ans. En 1995, suite au tremblement de terre de Kobe et à l'attentat du métro de Tokyo, il décide de rentrer au japon. Son premier livre, Ecoute le chant du vent (1979, non traduit), lui a valu le prix Gunzo. Suivront, notamment, Chroniques de l'oiseau à ressort (Le Seuil, 2001), Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil (Belfond, 2002 ; 10/18, 2003), Après le tremblement de terre (10/18, 2002), Les Amants du Spoutnik (Belfond, 2003 ; 10/18, 2004). Kafka sur le rivage inscrit définitivement Murakami parmi les grands de la littérature.

LECTURE : "La ballade de l'impossible" Haruki Murakami

« Au cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : Norwegian Wood. Instantanément, il replonge dans le souvenir d'un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s'est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l'aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît... Hommage aux amours enfuies, La Ballade de l'impossible est un magnifique roman aux résonances autobiographiques, d'une tendresse et d'une intensité érotique saisissantes. »